SAVOIR D’OU ON VIENT POUR SAVOIR OU ON VA…

Cette phrase existentielle revient souvent dans les discours sur l’identité, l’histoire, les traditions et ce qui les relie au présent et surtout au futur.

En ce début de saison 2018/2019, je vous invite à nous attarder un peu sur cette réflexion.

En tant que karatékas, adeptes fervents de cette noble discipline, nous savons de manière assez précise quelles sont nos origines. Nous savons qu’elle s’est propagée à travers le monde essentiellement au cours de la seconde moitié du 20ème siècle, dans un brassage des cultures et un espace-temps qui demeure encore assez court pour fixer une tradition.

De nombreuses écoles modernes sont venues compléter l’héritage de courants et styles plus anciens ; les premières empruntant aux deuxièmes un certain nombre de valeurs, de principes, de modèles techniques tout en les faisant évoluer, en les transformant parfois, voire souvent et plus ou moins profondément.

La diversification des pratiques, des publics, des motivations a influencé les modes d’apprentissage et de perfectionnement. La transmission est influencée par les méthodes pédagogiques contemporaines d’enseignement, par les procédés mis en place pour satisfaire la demande actuelle.

Le karaté d’aujourd’hui est dans une large mesure protéiforme mais il conserve ce fil conducteur qui le relie à son histoire, à sa culture originelle : La tradition !

Oui, mais quelle est-elle ? Comment peut-on la définir aujourd’hui dans ce kaléidoscope ? Connaître hier suffit-il pour définir aujourd’hui et plus encore, envisager demain ?

Bien malin celui qui pourra répondre avec justesse à ces questions qui, pourtant, semblent fonder l’essence même de notre engagement pour le développement de notre discipline.

Qu’il soit « traditionnel », qu’il se réfère au concept du DO, ou du JUTSU. Qu’il se revendique « moderne » et sportif, ludique ou éducatif. Qu’il s’agrège dans les disciplines de self défense ou de combat mixte, ce fil rouge est parfois ténu mais constant. Il rappelle à tout un chacun, à condition qu’il sache l’identifier, le définir et lui donner le sens qui convient dans le cadre de sa pratique, que si le présent se nourrit du passé ce dernier ne doit pas l’enfermer. Que l’avenir se prépare dans le présent sans sous-estimer les apports du passé.

Comme je l’ai déjà exprimé, nos pratiques sont nombreuses et aptes à satisfaire toutes les attentes. Il nous appartient de leur conserver ce lien inaltérable que nous apporte « la voie de la main vide » et de faire en sorte, chacun à son niveau, qu’il ne s’agisse pas d’une coquille vide.

Quels que soient vos choix, vos envies, vos attirances dans ce panel qu’offre le KARATE, sous toutes ses formes, j’aurai plaisir à échanger et partager avec vous cette passion qui nous anime au-delà des contingences temporelles, passées, présentes ou futures.

Excellente rentrée à vous toutes et tous.

Christian PANATTONI – 7ème dan – DESJEPS – Concepteur KDS

Dimanche 24 /09. Un grand merci et bravo aux 18 participant(e)s qui ont osé se frotter au programme que j’avais concocté pour la journée. Beaucoup d’engagement et pour certains presque à la limite…
« Sortir de sa zone de confort », comme on dit. C’était le leitmotiv du parcours et chacun est allé, avec ses capacités, chercher ce qu’il pouvait donner dans un esprit d’équipe et sans idée de performance ou de comparaison.
Chaque paire, le « meneur » et le « mené », a appliqué les consignes, alternant opposition et entraide sur les deux 1/2 parcours d’obstacles, conditionnement physique, technique et mental.
2 heures de dur labeur mais aussi de pur bonheur sous un soleil éclatant.
Après une pause déjeuner bienvenue, l’après midi a été consacrée aux ateliers techniques mais surtout aux mises en situations interactives : Agression sur un parking, à l’entrée d’un immeuble ou dans une salle de bar. Chaque groupe a pu gérer les thèmes proposés tout en favorisant la réflexion et l’analyse des cas étudiés.
C’est donc fatigués…. très fatigués, mais heureux…. très heureux, que nous nous sommes quittés vers 17H. A refaire à l’unanimité, mais un peu plus tard…. enfin, beaucoup plus tard… Donc, on verra ça au printemps.
Un grand merci aux amis de l’ASL Libourne, notamment notre Lolo, pour leur accueil et le coup de main donné à l’organisation. A Fred. pour son aide logistique et les reportage photos et filmés.
Mention spéciale à notre amie Zohra, dont je tairais l’âge, qui a participé à la totalité du stage sans rien lâcher. De l’avis des participants,  refaire !

Consultez régulièrement la rubrique « Le calendrier » pour suivre les éventuelles modifications.

Une annonce sera faite avant chaque stage, dans la rubrique « Actualité » pour vous donner tous les détails nécessaires.